Comment l’archivage électronique facilite la conformité au RGPD

Novadoc achivage de documents mots clés

« Les documents électroniques sont, en effet, des pièces vulnérables. Ils sont facilement manipulables et falsifiables, et doivent donc être conservés dans un système capable de garantir leur intégrité, leur traçabilité, leur pérennité, leur réversibilité et leur sécurité. La traçabilité et l’horodatage de tous les événements du SAE (accès aux documents, demandes de communication, demandes de destruction, documents arrivés à échéance, etc.) permet ainsi de répondre pleinement aux exigences du RGPD. Sans compter que certains documents doivent être conservés jusqu’à 50 ans (pour le bulletin de paie dématérialisé par exemple), et que les technologies de stockage évoluent très rapidement. Du fait de cette obsolescence, les documents électroniques doivent être facilement déplaçables sur de nouveaux supports. Ce que permet d’ailleurs Novadoc. Le SAE accepte également tous les formats standards du marché, mais peut aussi s’adapter aux formats spécifiques de certains secteurs d’activité, comme celui de la santé ou de l’immobilier par exemple. »

Pour lire la suite de cet article écrit par Eric Le Ven sur Archimag, cliquez ici.